Chaque année, le transport de marchandises génère un million de tonnes d’émissions de CO2 à Paris et près d’un million de livraisons sont effectuées chaque jour en Île-de-France. La croissance exponentielle, couplée aux politiques urbaines de plus en plus restrictives, poussent le secteur de la logistique à l’innovation. Découvrez comment de nouveaux modèles émergent pour y répondre.

Le futur de la logistique urbaine

Chaque année, le transport de marchandises génère un million de tonnes d’émissions de CO2 à Paris et près d’un million de livraisons sont effectuées chaque jour en Île-de-France. La croissance exponentielle, couplée aux politiques urbaines de plus en plus restrictives, poussent le secteur de la logistique à l’innovation. Découvrez comment de nouveaux modèles émergent pour y répondre.


Des constats inquiétants et des besoins de plus en plus larges.

Les villes comme les logisticiens n’ont plus le choix : le dernier kilomètre doit être repensé. 73% de la population en Europe est concentrée en zones urbaines et la tendance montre plutôt une densification. Conséquence directe, la logistique urbaine est plus que jamais sollicitée et “challengée”. Par dessus cela, les villes tentent de réguler un maximum la circulation de marchandises en ville et l’utilisation des véhicules au diesel, ce qui ajoute une contrainte réelle. Ainsi, la gestion du dernier kilomètre (du centre de livraison jusqu’au domicile du client final) des logisticiens est de plus en plus coûteuse et complexe à appréhender avec l’urbanisation et les exigences toujours plus élevées des consommateurs. Les pouvoirs publics et les acteurs privés se retrouvent face à de nouveaux défis sociétaux, économiques et environnementaux, et ainsi dans l’obligation de créer de nouveaux modèles pour y répondre.


Existe-t-il un modèle idéal pour la logistique urbaine ? Plusieurs visions s‘affrontent.

Une grande majorité des métropoles mondiales ont décidé de prendre le taureau de la livraison urbaine par les cornes. Le cabinet d’audit Mazars, particulièrement impliqué à ce sujet, met en avant 3 modèles de gestions des flux de livraisons urbains par 3 grandes métropoles mondiales :

Paris

A Paris, l’organisation des flux logistiques est divisée en trois zones, délimitées par leur densité de population :

– Grande couronne : larges plateformes logistiques faisant office de point d’entrée.
– Zones plus denses en banlieue : Centres de consolidation (hôtels logistiques et terminaux de fret…) Par exemple, Sogaris a lancé en 2018 l’hôtel logistique de Porte de la Chapelle, pour alimenter le centre-ville plus efficacement.
– Centres-villes : Centres de livraisons urbains plus petits, permettant de desservir des zones précises et réduites de la ville..

Los Angeles

L’approche de la municipalité y est plus proactive et pédagogique :

– Créations de voies et de couloirs réservés aux véhicules de livraison.
Réglementations strictes mais progressives concernant les véhicules polluants.
Aides avantageuses pour les entreprises rendant leur circuit logistique plus propre.

Londres

La mairie de Londres multiplie ses efforts dans le déploiement de services collaboratifs et pour la mise en commun des services de livraisons, pour les commerçants comme pour les transporteurs.

L’accès au centre-ville est payant grâce à une ceinture de barrages active depuis 2003, dont la tarification varie en fonction du type de véhicule et des horaires d’entrée dans la ville.
Le collaboratif est la priorité numéro 1 pour les besoins de livraisons des commerçants.
La ville accompagne le développement de flottes de véhicules hybrides ou électriques.

Concept d’un lieu de stockage urbain installé sous le périphérique parisien, par Sogaris.

Tous ces éléments montrent la diversification des méthodes d’adaptation de la logistique urbaine par les grandes agglomérations, également aidées par les logisticiens eux-même qui sont force de proposition et d’innovation.


Logisticiens et marques s’organisent.

Ces derniers ont bien conscience de l’évolution nécessaire de leur process et méthodes de livraison, notamment dans les centres-villes. L’un des exemple les plus marquants d’innovation est le projet du célèbre logisticien américain UPS, le UPS ORION, un algorithme unique qui permet d’adapter les tournées en temps réel en fonction de centaines de données clées. D’après Forbes, sur un an et 10 000 itinéraires optimisés avec ORION, UPS a économisé plus de 500 000 litres de carburant et réduit les émissions de dioxyde de carbone de 14 000 tonnes ! De son côté, le géant IBM a lancé en 2018 une série d’initiatives pour favoriser la création de modèles basés sur l’intelligence artificielle et la domotique des infrastructures de transport, notamment en partenariat avec le géant DHL.

Les marques aussi, pour qui la livraison représente un service stratégique majeur, se tournent vers l’AI pour rendre leur logistique plus efficace. L’exemple Français en la matière est La Redoute. La marque a été sauvée, en partie, grâce à la transformation en profondeur de ses process logistiques. Cela a notamment permis la création de Quai30, un centre de préparation complètement robotisé et connecté qui permet à La Redoute d’atteindre ses objectifs en matière d’expérience client. Ainsi, la marge d’erreur dans la préparation des commandes est proche de 0 et les colis sont acheminés de manière beaucoup plus intelligente.


Réinventer la façon de transporter nos colis, avec des véhicules futuristes ou des méthodes plus propres.

Début Septembre 2018 au salon de Hanovre en Allemagne, Renault présentait un concept de véhicule de transport d’un nouveau genre. Le constructeur Français affirme que le futur des mobilités urbaines sera électrique, connecté, autonome et partagé. Cette vision prend forme avec le concept de véhicule électrique autonome EZ-Pro : Une sorte de camion futuriste composé de plusieurs modules permettant le transport de colis, adapté aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises. Avec ce concept, un logisticien pourrait superviser à distance les convois quittant les entrepôts logistiques. Le convoi de modules pourrait se “diviser” le long de son itinéraire de livraison, pour atteindre chaque client, puis se ré-associer avant de retourner au hub. De son côté, le groupe Allemand Volkswagen a dévoilé son propre concept : Le ID Buzz Cargo, un utilitaire totalement électrique et futuriste dont le design rappelle son célèbre Combi. Ces exemples prouvent que l’innovation dans le domaine de la logistique et du dernier kilomètre urbain représente un potentiel commercial de taille pour les constructeurs.

Autre innovation pavant la route pour le futur de la logistique, la livraison par drone. Bien qu’à ses balbutiements, l’idée avancée en premier par le géant du E-commerce Amazon avec son projet Prime Air a fait du chemin. La startup britannique Cambridge Consultants a conçu “DelivAir”, un drone capable de transporter rapidement, silencieusement, proprement et à bas coût des colis, directement aux pieds des clients. Ca reste futuriste, mais cela a le mérite de faire évoluer l’imaginaire collectif sur l’innovation du secteur.

Ces exemples tendent à prouver les très nombreux efforts d’innovations dans le monde de la logistique, qui vont parfois très loin ! On pourrait ainsi citer Mole, une startup qui veut créer un réseau de tunnels souterrains sous les villes permettant un transfert ultra rapide des marchandises !


Et si la plus grande innovation existait déjà avec le vélo ? C’est le choix qu’ont fait de grands logisticiens.

A l’heure actuelle, le véhicule de livraison urbain le plus plébiscité par les acteurs de la logistique pour les livraisons en centre-villes semble être le vélo. Non seulement la mise en place d’une flotte de coursiers à vélo est aujourd’hui facilitée par la digitalisation des supports de recrutement, de formation et de suivi, démocratisé par Deliveroo ou encore Stuart, mais son impact écologique, et sa practicité dans les zones urbaines en font une solution presque évidente..

En France, DHL est le logisticien le plus avancé en la matière : 10 centres-villes de France sont désormais desservis à vélo et l’objectif de l’entreprise d’ici 2025 est de réaliser 70% de ses livraisons du dernier kilomètre avec des solutions Zéro Émission. En 2017, DHL Express a livré 300 000 colis en France avec des véhicules propres, dont plus de la moitié en vélos et triporteurs, soit +12% par rapport à 2016 !

Chez You2You, nous avons décidé d’apporter une vision unique de la livraison urbaine, plus efficace, plus propre et moins coûteuse. Avec notre offre Relayed, nous permettons aux logisticiens maximiser leur dernier kilomètre, grâce à une solution articulée autour des éléments suivants :

– Un réseau de Relais Urbains permettant de répartir les flux de colis au coeur des quartiers,
– une technologie permettant au client final de réserver son propre créneau de livraison en soirée,
– une flotte de coursiers auto-entrepreneurs qui effectuent des tournées optimisées pour livrer chacun de ces clients.

Articles récents

Coups2Coeurs
3 juillet 2018

Cyclofix : les sauveteurs de vélo à domicile

Partager cet articleFacebookTwitterLinkedin

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Coups2Coeurs
29 juin 2018

PayGreen : comment faire du paiement e-commerce un vecteur d’action positive ?

Partager cet articleFacebookTwitterLinkedin

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Coups2Coeurs
27 juin 2018

Bon plan : Zenpark, l’application du parking partagé, ou comment se garer malin !

Partager cet articleFacebookTwitterLinkedin

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin